Après 52 ans dans le commerce, Louise et Yvon Brisson passent le flambeau

Après 52 ans dans le commerce, Louise et Yvon Brisson passent le flambeau

Yvon et Louise Brisson ont tenu boutique pendant 52 ans. Ils passent le flambeau graduellement à deux jeunes entrepreneurs. Photo courtoisie Nadine Émond

Portneuf-sur-Mer – C’est officiel. Depuis le 10 mai dernier, Louise et Yvon Brisson sont officieusement retraités après avoir tenu commerce pendant 52 ans. En effet, Épicerie Louise Brisson de Portneuf-sur-Mer est désormais la propriété de deux jeunes entrepreneurs Yanick Émond de Portneuf-sur-Mer et Christopher Delaunay de Forestville.

À 24 heures de la passation des pouvoirs, on retrouvait encore Louise et Yvon derrière le comptoir. Une image que plusieurs générations de villageois de Portneuf-sur-Mer ont et auront en mémoire encore longtemps.

« Madame Louise et Monsieur Yvon », pour les habitués, ont animé le centre du village pendant plus d’un demi-siècle, avec la même affabilité, le même empressement, et la passion qui n’a jamais fait défaut, surtout à cette force de la nature qu’est « Madame Louise ».

Aujourd’hui âgée de 74 ans, après avoir vaincu le cancer deux fois plutôt qu’une, fringante et en forme comme si elle en avait 50, la propriétaire d’Épicerie Louise Brisson estime que le secret de longévité et de la santé, « c’est de ne jamais arrêter ».

Cette dynamo a tenu le fort derrière le comptoir pendant 52 ans par passion et aussi parce qu’elle ne pouvait se résoudre à l’idée qu’il n’y ait plus de dépanneur dans son village.

« La passion, c’est ça qui m’a tenue pendant toutes ces années, et mon idée de casse-croûte (lancé l’an dernier), c’est pour offrir le service à la population mais aussi parce que j’adore faire la cuisine, j’ai toujours aimé ça ».

Son époux et complice dans ses mille et uns projets, opine de la tête avec le sourire. Homme discret et effacé, monsieur Brisson avoue qu’il n’était pas d’accord au départ avec l’idée du casse-croûte, bien qu’il est soit au même diapason que son épouse sur l’issue de la démarche puisque, « cela a apporté un volet intéressant qui leur a permis de vendre leur commerce », précise-t-elle.

« Moi je n’étais pas d’accord parce que c’est beaucoup de travail, dit-il. Je lui ai dit, tu vas te faire mourir, mais… ».

Un commerce, une famille

Pendant toutes ces années, Louise et Yvon Brisson ont su renouveler leur entreprise, s’adaptant aux besoins des gens de leur localité, établissant une relation employeurs-employées exceptionnelle, tout en élevant leurs 3 enfants, Harold, Nataly et Nasima.

Claire Tremblay a travaillé pendant 3 ans à l’Épicerie Louise Brisson. « J’ai eu le plaisir de côtoyer Louise et Yvon. Louise s’occupait de la gestion du dépanneur et Yvon de l’entretien de la bâtisse et du rangement des divers produits et fournitures. C’était vraiment de bons employeurs. A l’écoute du personnel, compréhensifs, toujours souriants, généreux de leur temps et particulièrement bienveillants. C’était aussi des personnes positives. Lorsque j’ai quitté le dépanneur, c’est avec un peu le cœur gros que je l’ai fait ».

Le maire de Portneuf-sur-Mer, Gontran Tremblay, a partagé son admiration envers ce couple qui, malgré les obstacles, ont continué d’opérer leur commerce.

Pas tout à fait retraitée

Et puis il y a quelques mois, l’intérêt de leur petit-neveu Yanick Émond et Christopher Delaunay pour leur commerce arrive à point nommé. « C’est très exigeant le casse-croûte et Yvon a eu des problèmes cardiaques l’an passé, même si à 80 ans, il est aussi en forme que moi. Et Yanick est l’arrière-petit-fils du fondateur de ce commerce-là, mon père Oscar Émond, donc ça reste dans la famille », se réjouit cette femme d’affaires aguerrie.

Puisque son expertise et ses précieux conseils « sont inestimables », madame Louise supervisera encore quelques temps l’apprentissage des nouveaux propriétaires, trop fière de constater que le dynamisme du village sera certainement favorisé par la nouvelle gestion du dépanneur et du volet restauration Ti-Cor Express, en référence au fondateur Oscar Émond. « C’est vraiment plaisant de les voir aller, ils ont des projets. Finalement, des Fred Pellerin prêts à relever des villages, il y en a partout ».

Historique

C’est à la fin des années 50, entre 1956-1959, que le comptoir-lunch d’Oscar Émond ouvre ses portes. C’est le rendez-vous des copains par excellence, Chez Ti-Cor avec ses banquettes et ses bancs de snack-bar. Vers 1963, le fils d’Oscar et frère de Louise, Renaud et son épouse Alice Barette, prennent la relève.

En 1966, le comptoir-lunch d’Oscar Émond, passe ensuite de Renaud à sa sœur Louise et son mari, Yvon Brisson. Le restaurant devenu un 5-10-15 subira deux transformations, l’une en 1976 et l’autre en 1993 afin d’atteindre son actuelle surface de vente, toujours en opération sous la forme de dépanneur.

L’inspiration pour le nom 5-10-15 et le genre venait de Mme Mansour des Escoumins avec son propre 5-10-15.

En 1983, elle obtient la licence pour la bière et le Variétés Louise Brisson devient l’Épicerie Louise Brisson.

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des