Réintégration au sein de l’Entente intermunicipale envisagée – Les Bergeronnes entament les discussions avec Forestville

Réintégration au sein de l’Entente intermunicipale envisagée – Les Bergeronnes entament les discussions avec Forestville

Les Bergeronnes – Malgré le dépôt d’une pétition signée par 87 citoyens et la mise en doute de la validité de la résolution adoptée au varia de la séance du 11 juin, les élus des Bergeronnes ont entamé des négociations en vue d’adhérer au Service incendie de Forestville.

Dans le but de répondre aux objectifs du schéma de couverture de risques en sécurité incendie de la MRC et se conformer à la Loi sur la sécurité incendie, les élus ont résolu à la majorité le 11 juin dernier, de négocier en vue de conclure une entente intermunicipale d’intervention en matière de protection incendie avec la Ville de Forestville. Le conseiller Charles Lessard s’est prononcé contre cette résolution.

Alarmés par cette intention, des citoyens des Bergeronnes présents à la séance du 11 juin, avaient manifesté leur opposition à réintégrer le Service incendie de Forestville, motivés pour plusieurs par les souvenirs douloureux de la séparation il y a 9 ans.

En séance régulière le 16 juillet dernier, Nathalie Ross citoyenne des Bergeronnes, a déposé une pétition signée par 87 citoyens qui réclament le maintien du service des incendies actuel afin de préserver l’autonomie des Bergeronnes en la matière. Madame Ross a de plus évoqué la possibilité, après consultation au ministère des Affaires municipales, que les résolutions adoptées au varia de la séance du 11 juin denrier concernant le dossier Lynda Tremblay et la Réorganisation du service des incendies soient invalides puisqu’adoptées au varia.

Au moment d’aller sous presse, la directrice générale de la Municipalité des Bergeronnes, Marie-Ève Bouchard, confirmait au Journal que les deux résolutions adoptées au varia de la séance du 11 juin étaient bel et bien valides puisqu’elles ne concernaient pas des éléments nouveaux mais plutôt des dossiers de longue haleine dont la teneur était connue des membres du conseil municipal.

Non au référendum

Interpellé par les citoyens présents, le maire Francis Bouchard a dit que la Municipalité n’irait pas en référendum pour prendre cette décision puisque tous les scénarios possibles ont été étudiés et que le choix des élus permet de maximiser les activités de prévention et les interventions tout en améliorant la force de frappe des pompiers.

Francis Bouchard a confirmé que le service incendie des Bergeronnes n’était plus en mesure de rencontrer les exigences du schéma notamment au niveau du CHSLD des Bergeronnes.

Résolution crève-cœur

D’autre part, les élus des Bergeronnes ont accepté à la majorité lors de la séance du 16 juillet, la demande d’entraide du Service incendie de Forestville pour tous les appels d’incendie de bâtiment ainsi que les alarmes pour les risques élevés (3) et très élevés (4) sur le territoire des Escoumins. Se prononçant contre cette résolution, le conseiller Charles Lessard a expliqué que le Service incendie des Bergeronnes tente depuis 9 ans d’obtenir une telle entente avec le Service incendie de Forestville concernant les risques 1-2-3, mais en vain. « On a relancé il y a deux mois et nous n’avons même pas eu de réponse. Je conçois que nous devons porter assistance à nos voisins mais je ne suis pas d’accord sur la façon de faire, sur la manière », a dit M. Lessard.

Le maire des Bergeronnes a concédé à son conseiller qu’il n’avait pas tort mais par souci d’entraide avec la municipalité des Escoumins qui compte sur cette résolution pour appuyer le financement de sa caserne, il serait mal vu de refuser cette demande d’entraide.

L’avenir

Interpellée quant aux appréhensions de plusieurs citoyens des Bergeronnes face à la réintégration de leur localité au sein de l’Entente intermunicipale du Service incendie de Forestville, la présidente de l’Entente, Micheline Anctil, précise que 3 personnes pour chaque municipalité membre de l’Entente siègent aux rencontres. « Oui la Ville de Forestville est fiduciaire mais elle travaille selon les recommandations des municipalités qui entérinent les décisions qui sont prises. Nous ne décidons plus unilatéralement. Nous travaillons autour d’une table où chacun a sa place. Je comprends qu’ils ont été blessés, mais nous ne sommes plus là. Il faut regarder vers l’avant et construire ensemble. Je pense que les responsabilités qui sont imposées aux municipalités maintenant et dans l’avenir vont nécessiter que l’on soit imaginatifs au niveau du déploiement des services ».

Santé financière

Les élus de Forestville ont d’ailleurs adopté les états financiers du Service des incendies mardi dernier, faisant état de revenus de 866 343 $ et de dépenses établies à 779 220 $. C’est donc un surplus de 87 123 $ qui a été enregistré en 2017.

Économies

« Nous on est déjà 5 mais bienvenue si on peut être davantage, dit Micheline Anctil. Il y a des économies pour eux et il y a des économies pour nous aussi. Et tout ceci se fait dans l’entraide, que ce soit pour le recrutement des pompiers et la force de frappe qui nous est imposée en tenant compte de la formation des équipes prêtes à se déployer en quelques minutes ». La présidente de l’Entente intermunicipale rappelle que l’immunité est primordiale au même titre que les responsabilités qui incombent aux municipalités.

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des