L’amour fraternel n’a point de limite dans la maladie

L’amour fraternel n’a point de limite dans la maladie

Pour Christine et Bernard Lessard, les liens du sang sont plus forts que tout. Photo Journal Haute-Côte-Nord

Les Bergeronnes – Christine Lessard des Bergeronnes fait face à l’adversité comme peu de gens auront à le faire pendant toute une vie. En février 2016 on lui annonce qu’elle est atteinte de leucémie. Quelques semaines plus tard, les examens révèlent un cancer des intestins. Aujourd’hui, cette battante de 58 ans se prépare à recevoir un cadeau inestimable de son frère Bernard.

Le 12 septembre prochain, Christine Lessard entamera une autre manche dans ce combat ultime qu’elle mène contre la maladie depuis presque trois ans. Elle recevra la moelle osseuse de son frère aîné Bernard, également résident des Bergeronnes, le seul parmi ses cinq frères et sœur, qui est compatible avec elle. « Si personne dans ma famille n’avait été en mesure de le faire, les médecins se seraient tournés vers les dons à l’international », explique-t-elle.

On fonce vers la victoire
Sereine et prête à tout pour vivre, la propriétaire du restaurant Le Boisé des Bergeronnes en a vu d’autres. « En février 2016 lorsqu’on m’a annoncé que j’avais la leucémie, suivie du cancer des intestins, j’ai passé trois mois à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus pour recevoir mes traitements de chimiothérapie. Ils devaient m’opérer pour mon cancer des intestins mais j’étais trop faible. J’ai été opérée seulement en décembre 2016 ».

Malgré les symptômes très difficiles et la santé fragile, madame Lessard est revenue périodiquement en cuisine de son restaurant, un travail extrêmement exigeant qu’elle accomplit depuis 16 ans.

Il y a quelques mois à la suite de maux de ventre intenses, elle consulte de nouveau et on lui annonce que la leucémie est revenue. Un autre combat s’annonce pour cette guerrière qui entend gagner la bataille. « Je rentre le 4 septembre à l’Enfant-Jésus et je sortirai seulement le 22 décembre ». Elle recevra des traitements de chimiothérapie invasifs avant le don de moelle osseuse. « Je dois être à terre complètement afin que la moelle osseuse de mon frère détruise la mienne au complet ».

Gratitude
Reconnaissante, cette grande dame l’est envers son frère qui lui donne une chance de survivre à cette récidive, mais aussi envers les employeurs de ce dernier, les dirigeants de la Coopérative forestière La Nord-Côtière des Bergeronnes, qui ont permis à M. Lessard de quitter son affectation sur l’île d’Anticosti afin de procéder le plus rapidement possible. « Ils ont pris ça en main, ils ont défrayé les coûts de l’avion et tout, je les en remercie du plus profond du cœur de même que mes précieux employés, qui s’occupent de mon restaurant comme si c’était le leur. Je les ai laissés dans l’embarras mais ils ont pris le relais avec brio » dit Mme Lessard avec émotion.

Opérateur de véhicule lourd pour La Nord-Côtière depuis 20 ans, Bernard Lessard sera hospitalisé quelques jours seulement et devrait retourner au travail sans trop de séquelles de l’opération.

Homme de peu de mots, il affirme qu’aucune question ne s’est posée lorsque sa conjointe Lona Hovington lui a annoncé via Skype qu’il était le seul donneur compatible. « J’ai appris le mardi qu’il était compatible mais les médecins m’ont demandé de ne rien dire puisqu’ils devaient se réunir avant de l’annoncer à Christine le vendredi suivant. Ces deux jours-là ont été les plus longs de ma vie », conclut Mme Hovington.

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des