Élections : les candidats battus s’inclinent dignement

Élections : les candidats battus s’inclinent dignement

Photos archives

Les Escoumins – En entrevue à CHME FM quelques minutes après le dévoilement des résultats préliminaires, les candidats de la Coalition avenir Québec et du Parti libéral défaits dans René-Lévesque dressaient un bilan satisfaisant de leur campagne respective, malgré une certaine déception pour Jonathan Lapointe, nouveau venu sur la scène politique et âgé de seulement 23 ans.

« Les Québécois ont fait un choix qui est assez clair et je respecte ça », dit-il à propos du creux historique de son parti à l’échelle nationale.

Jonathan Lapointe parle d’une victoire personnelle dans son cas, fier de la campagne qu’il a menée, « appuyé par une famille incroyable qui m’a soutenu jusqu’à la fin et des gens de cœur qui sont restés jusqu’au bout, dont mon organisateur en chef Jean-Luc Desbiens ».

Le candidat du PLQ ajoute que son expérience est venue confirmer un désir profond de poursuivre dans cette voie, inspiré par son adversaire péquiste Martin Ouellet, « qui est devenu presqu’un coach » au fil de la campagne.

« Je me suis rendu compte que c’est ça que je veux faire. Je veux représenter les gens de René-Lévesque. Et comme il (Lévesque) l’a si bien dit, ce sera pour la prochaine fois », a lancé celui qui a récolté 12,8 % du vote.

Mondes différents

Malgré la défaite, le candidat de la Coalition avenir Québec André Desrosiers, célébrait la victoire de son chef dans ce raz-de-marée caquiste.

« Mon objectif premier, c’était que la CAQ prenne le pouvoir. Je suis quand même très satisfait des résultats. Je n’en espérais pas autant. Plus de 34 % des votes (33,7 %, ndlr), c’est très respectable. Je disposais de peu de moyens financiers et il faut dire que la Haute-Côte-Nord et La Manicouagan sont deux mondes complètement différents », a-t-il analysé.

Le maire des Escoumins entend poursuivre son implication auprès du parti porté au pouvoir, notamment au niveau de la cause municipale, un des enjeux qu’il a mis de l’avant pendant cette campagne. « Je vais aller dans les conseils généraux de la CAQ, établir des contacts pour ma population et celle de la Haute-Côte-Nord ».

M. Desrosiers tient à féliciter ses principaux adversaires, principalement le vainqueur Martin Ouellet, « qui a mené une bonne campagne, porté par le mouvement souverainiste qui est toujours très fort ici, mais il a travaillé fort, il l’a gagnée sa victoire ».

De son concitoyen et adversaire du PLQ, André Desrosiers évoque l’aplomb avec lequel il a mené la campagne malgré son jeune âge. « Je lui lève mon chapeau et je lui prédis un bel avenir en politique ».

Entre bonnes mains

Quant au candidat conservateur Éric Barnabé, lointain cinquième dans cette course avec 1,07 % du vote (204 voix), il a tenu à féliciter le candidat péquiste pour sa réélection, disant croire que « la circonscription sera entre bonnes mains avec lui ».

M. Barnabé salue aussi les autres candidats « qui, comme moi, se sont présentés par conviction », ainsi que ceux et celles « qui ont choisi leurs convictions conservatrices et non le vote stratégique ».

La candidate de Québec solidaire, Sandrine Bourque, n’a pas émis de réaction au terme de ce scrutin. Elle a amassé 1 948 voix, bon pour la quatrième place avec 10,2 % des voix, un sommet historique pour le parti dans René-Lévesque.

Avec Steeve Paradis

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des