Détour obligé par l’aéroport de Forestville pour un transfert médical

Détour obligé par l’aéroport de Forestville pour un transfert médical

Baie-Comeau – Une personne hospitalisée à Baie-Comeau a dû faire un détour par l’aéroport de Forestville en ambulance, la semaine dernière, afin d’être transférée dans un hôpital de la région de Québec pour y recevoir des soins de santé.

Cette situation pour le moins surprenante s’est déroulée le mercredi 8 août. Elle s’expliquerait par un manque d’équipage qui a rendu impossible le recours à l’appareil Dash-8 qui est utilisé depuis juillet, sur une base temporaire, comme avion-hôpital pour desservir l’aéroport de Baie-Comeau, situé à Pointe-Lebel.

Si cet appareil sert aux transferts aériens plutôt que l’habituel Challenger du gouvernement du Québec, c’est que les travaux majeurs en cours à l’aéroport de Baie-Comeau entraînent un rétrécissement de l’unique piste à 75 pieds, ce qui empêche Challenger, un appareil de plus grandes dimensions, d’atterrir et de décoller.

Or, mercredi de la semaine dernière, le service Évacuations aéromédicales du Québec, qui coordonne les transferts de patients entre les hôpitaux des régions et ceux des grands centres, a dû recourir à l’avion-hôpital gouvernemental, mais tout en le détournant vers l’aéroport le plus près, soit celui de Forestville.
La patiente a donc fait le voyage d’une centaine de kilomètres sur une civière à bord de l’ambulance, accompagnée d’un médecin, de deux infirmières et d’une inhalothérapeute. Le transfert a eu lieu en toute fin d’après-midi.

Par un concours de circonstances, ce mercredi-là, l’aéroport de Baie-Comeau a dû fermer complètement l’accès à sa piste pendant plusieurs heures en raison de travaux électriques liés au contrat. La directrice des services aéroportuaires, Nadia Potvin, précise que ce n’est pas cette fermeture, amorcée à 19 h, qui a nécessité le transfert aéromédical à partir de l’aéroport de Forestville.

Une situation exceptionnelle
Au Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord, Pascal Paradis, conseiller en communication, confirme qu’il s’agit bien d’une situation exceptionnelle qui se produit pour la première fois depuis le début des travaux à la piste de l’aéroport.

La possibilité qu’un hélicoptère vienne chercher la patiente pour la transporter vers Mont-Joli afin qu’elle soit prise en charge par l’avion-hôpital a bien été envisagée, selon M. Paradis, mais les délais auraient été plus longs. « Il aurait fallu faire venir un hélicoptère de Saint-Honoré (au Saguenay) et traverser à Mont-Joli », explique-t-il.

Fait à noter, le médecin et les trois autres membres du personnel qui accompagnaient la personne à bord de l’ambulance en direction de Forestville ont été rapatriés en taxi vers Baie-Comeau, en raison des moyens de pression des ambulanciers d’Ambulances Côte-Nord, membres de la Fédération des employés du préhospitalier du Québec.

Depuis le printemps 2017, les membres de ce syndicat, qui sont sans contrat de travail depuis mars 2015, ne ramènent plus à bon port le personnel hospitalier qui les accompagne lors de transferts de patients vers un hôpital à l’extérieur.

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des