Coalition de chômeurs à Ottawa: le fédéral débloque 70 M$ pour le Nouveau-Brunswick

Coalition de chômeurs à Ottawa: le fédéral débloque 70 M$ pour le Nouveau-Brunswick

Photo courtoisie

Forestville – La visite surprise du député libéral René Arseneault lors de la conférence de presse de la coalition du Nouveau-Brunswick et du Québec laisse un goût amer aux groupes de travailleurs de l’industrie saisonnière, représentants syndicaux, élus municipaux et employeurs qui se sont rendus à Ottawa ce matin.

« Il est venu annoncer une aide financière de 70 M$ pour de la formation aux travailleurs de l’industrie saisonnière du Nouveau-Brunswick. Le gouvernement fédéral a tenté de nous diviser mais il ne réussira pas », lance Line Sirois d’Action Chômage Côte-Nord.

La coordonnatrice du comité citoyen nord-côtier affirme que le gouvernement Trudeau s’est préoccupé davantage des travailleurs de l’industrie saisonnière du Nouveau-Brunswick, au grand dam des représentants du Québec. « C’est à se demander si le ministre Duclos représente le Québec au sein du gouvernement », déplore-t-elle.

Nullement ébranlé par le bonbon du fédéral à l’endroit des travailleurs de sa province, le représentant du Comité d’action assurance-emploi du Nouveau-Brunswick Fernand Thibodeau, a rassuré ses frères d’armes du Québec, confirmant qu’il n’a pas l’intention de se laisser amadouer par l’enveloppe de 70 M$. « Les gens du Nouveau-Brunswick poursuivent la lutte avec nous et ce n’est pas 70 M$ de formation qui va nous désunir », confirme Mme Sirois.

Quelques heures après le point de presse tenu au Foyer de la Chambre des Communes à Ottawa, Line Sirois a partagé sa satisfaction quant à l’attention des journalistes de la colline Parlementaire, qui ont voulu en savoir davantage sur les demande de la délégation du Québec et du Nouveau-Brunswick. « Il y avait beaucoup de journalistes, ils nous ont posé des questions et nous avons fait valoir nos revendications ».

Rappelons que la coalition était représentée à Ottawa par une dizaine de personnes dont Line Sirois d’Action Chômage Côte-Nord, Charles Breton maire de Tadoussac, Mireille Pineault, représentante des employeurs de l’industrie saisonnière, Julie Brassard d’Action Chômage Charlevoix, Guillaume Tremblay du Conseil Central CSN Côte-Nord et Fernand Thibodeau du Comité d’action assurance-emploi du Nouveau-Brunswick.

Ils étaient entourés de nombreux parlementaires du NPD, du Parti conservateur et de la députée de Manicouagan Marilène Gill du Bloc québécois.

Afin de sensibiliser les pouvoirs politiques aux conditions précaires des travailleurs de l’industrie saisonnière, la Coalition réclame notamment des mesures d’exception, dont un critère d’admissibilité fixé à 420 heures, une période de prestations suffisante pour éviter le trou noir assortie à un plancher de 35 semaine fixé selon les 12 meilleures semaines travaillées.

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des