Fragments de vie inventée dans Autour de moi

Par Journal Haute Côte Nord
Fragments de vie inventée dans Autour de moi
Parmi les jeunes participants au projet, Raphaël, Mélodie et Elliott. (Photo : courtoisie)

Les Bergeronnes – Le 7 mars dernier, Lucie Lambert présentait son premier moyen métrage mettant en vedette des enfants, à la salle de quilles des Bergeronnes. Intitulé « Autour de moi », le film est divisé en 8 capsules présentant l’univers imaginaire de 5 groupes de jeunes, entre 4 et 10 ans.

La première capsule s’intitule : « Aider les oiseaux ». Celle-ci met en vedette le groupe des Hiboux du Centre de la petite enfance de la Giroflée des Bergeronnes. Lors d’une rencontre de groupe, dans leur local, les enfants sont amenés, par leur éducatrice, à parler de leur expérience en tant qu’artisans. Les petits racontent donc les rencontres avec différents intervenants, depuis la description du mode de vie des oiseaux offerte par M. Yves jusqu’à la découverte d’un nid dans un nichoir, en passant par la fabrication de l’abri en question.

Les deuxièmes, troisièmes et quatrièmes capsules mettent en scène le groupe de maternelle, 1re et 2e année de l’école Saint-Cœur-de-Marie de Colombier, la classe de maternelle de l’école Notre-Dame-du-Bon-Conseil de Longue-Rive et des étudiants de l’école Mgr Bouchard de Portneuf-sur-Mer. À travers les dessins des premiers, la discussion en lien avec lecture préalable du livre « La couleur des émotions » des deuxième et la narration d’une histoire tirée de l’imagination des derniers, on découvre les goûts et intérêts, les expériences émotionnelles ainsi que la prédominance de l’imaginaire chez les enfants des groupes cités plus haut.

Alors que la sixième capsule consiste en un petit dessin animé racontant l’histoire d’un jeune garçon tentant de gérer la tristesse engendrée par le décès de sa grand-mère, les cinquièmes, septièmes et huitièmes capsules amènent les « Petits philosophes de Bergeronnes et des Escoumins » à discuter de la vie et de la mort, de leurs réactions face à l’actualité et ce qu’ils en comprennent ainsi que de leur monde idéal. Le tout est illustré par des dessins d’enfants participants et de Madame Lambert en version animée et accompagné de la voix de Samuelle Guignard ainsi que d’une musique originale de Pierre-Antoine Tanguay.

La créatrice
Cinéaste de profession, Lucie Lambert, ainsi que deux de ses associés, ont créé une petite boite de production appelée « Les films du tricycle ». Originaire de Portneuf-sur-Mer et domiciliée aux Bergeronnes depuis trois ans, cette cinéaste a longtemps résidé à Montréal. Par amour pour sa région natale, elle exerce maintenant son métier depuis son patelin d’origine. Très attirée par le monde des enfants et impliquée auprès d’eux, une occasion se présente, via un partenariat territorial financé par le Conseil des Arts et des lettres du Québec. Le tournage de ce documentaire commence en février 2018 et nécessite 4 mois de travail à temps plein. « J’ai beaucoup aimé le contact avec les enfants », dit-elle. Elle envisage d’ailleurs de peut-être créer une suite à ce film.

Sara Brisson
Collaboration spéciale

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des