« Il faut se virer sur un 10 cents » – le propriétaire Marc Rossy

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
« Il faut se virer sur un 10 cents » –  le propriétaire Marc Rossy
Voici ce qui reste du Rossy au lendemain de l'incendie.

Baie-Comeau – Se relocaliser temporairement pour ensuite reconstruire, voilà le plan de match du groupe Rossy à la suite de l’incendie qui a complètement détruit ses installations à Sacré-Cœur la semaine dernière.

« Il faut se virer sur un 10 cents », a admis au téléphone le propriétaire Marc Rossy, en rappelant que l’incendie d’un magasin, ça n’arrive pas souvent. Pour l’entreprise familiale, c’est un nouveau défi.

M. Rossy devait se rendre à Sacré-Cœur ces derniers jours afin de constater de visu la situation et vérifier les possibilités de relocalisation. « On regarde toutes nos options. On ne veut pas prendre des décisions trop vite pour ne pas faire d’erreur », a-t-il précisé.

L’offre de la mairesse Lise Boulianne de relocaliser temporairement le magasin dans l’aréna municipal est prise au sérieux, mais encore faut-il que le bâtiment le permette. Comme le souligne l’homme, il y a des comptoirs et de la marchandise à installer, en plus d’un système informatique à mettre en place.

« Dans le fond, j’ai un magasin à construire rapidement, même temporaire », laisse-t-il tomber. Pour lui, il est important de redonner un service à la clientèle, fût-il réduit. « La Ville nous a bien indiqué qu’on était important pour la communauté. »

Sans magasin Rossy à Sacré-Cœur, des gens devront se taper des kilomètres et des kilomètres de route pour le simple achat d’une paire de chaussettes, ajoute l’homme.

L’approvisionnement

Pour approvisionner le commerce temporaire, le propriétaire compte sur les surplus de marchandises disponibles dans d’autres magasins. « J’enverrais une couple de camions sur la Côte-Nord pour prendre un peu de stock un peu partout. Pour nous dépanner, j’essaierais de faire ça », explique-t-il, en référence aux succursales de Sept-Îles, Baie-Comeau et Forestville.

Dès cette semaine, M. Rossy souhaite discuter avec des entrepreneurs généraux en vue de la reconstruction d’un magasin à Sacré-Cœur, où la bannière est présente depuis une vingtaine d’années. Cependant, avant de confirmer quoi que ce soit, le groupe Rossy doit attendre des nouvelles de son assureur.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des