Midatlantic veut exploiter un gisement de quartz près de Forestville à compter d’août 2019

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Midatlantic veut exploiter un gisement de quartz près de Forestville à compter d’août 2019
On aperçoit une partie des installations de Midatlantic dans le port de Québec. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Si tout va comme prévu, la minière Midatlantic amorcera dès le mois d’août 2019 l’exploitation d’un gisement de quartz situé près du lac Goodfellow au nord de Forestville. Même qu’un client est déjà intéressé par le minerai à la blancheur recherchée.

Le copropriétaire de Midatlantic, Steve Daigle, est confiant que les choses aillent rondement, maintenant que la consultation publique sur le projet a été tenue à Forestville. Selon lui, la soixantaine de personnes qui y ont assisté le 4 mars lui ont réservé un bel accueil.

Midatlantic opère une usine de concassage, de tamisage et de séchage dans le port de Québec. Par l’entremise de sa division Quartzite Ferland-Boilleau, elle est en attente du permis nécessaire pour lancer les activités sur le dépôt à ciel ouvert situé à 55 km au nord de la municipalité de la Haute-Côte-Nord. La consultation publique faisait partie des obligations à remplir.

Les travaux d’exploration réalisés à l’été 2018 ont été on ne peut plus concluants. M. Daigle s’est rendu directement sur place et, comme il le dit si bien, son idée a été rapidement faite. Le gisement était prometteur.

Le quartz est destiné à la fabrication de comptoirs. Avec du minerai extrait pendant la phase exploratoire, des produits finis ont été fabriqués et soumis aux marchés, qui se trouvent ailleurs au Canada et aux États-Unis. « L’intérêt semble bon. Il y a un client d’intéressé. C’est sa blancheur principalement qui a un attrait. C’est pour faire des comptoirs et la couleur est importante », souligne le copropriétaire.

Le projet prévoit le dynamitage, le concassage et le tamisage de la roche pour en ramener les dimensions de trois quarts de pouce à deux pouces. Elle serait ensuite transportée par camion jusqu’à l’usine de Midatlantic à Québec. Annuellement, de 25 000 à 35 000 tonnes de minerai seraient extraites sur une période de six à huit mois.

« Très beau projet »

La mairesse de Forestville, Micheline Anctil, est évidemment heureuse de voir ce nouveau joueur se pointer dans l’économie. « C’est un très beau projet. Je ne dirais pas que c’est un projet grandiose, mais c’est une belle petite entreprise avec des propriétaires privés. C’est intéressant la dimension humaine de l’entreprise », souligne-t-elle.
L’élue rappelle que la phase exploratoire de l’été 2018 a été concluante en termes de qualité et de quantité du quartz. Elle parle d’un dépôt de 50 millions de tonnes. Il y a aussi l’accessibilité du gisement qui est un avantage indéniable pour la réalisation du projet, selon elle.

Mme Anctil accueille avec satisfaction le fait que M. Daigle ait admis que la main-d’œuvre et les sous-traitants de Forestville détenaient l’expertise dont il a besoin.
La mairesse voit grand. Une fois assuré le développement des marchés pour le quartz provenant du gisement du lac Goodfellow, pourquoi la matière première ne serait-elle pas transportée par barges du quai de Forestville jusqu’au port de Québec. Et à long terme, qui sait si la construction d’une usine à Forestville ne serait pas envisageable, ajoute-t-elle.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des