Sacré-Cœur voit le magasin Rossy partir en fumée

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Sacré-Cœur voit le magasin Rossy partir en fumée

Baie-Comeau – C’est l’état de choc à Sacré-Cœur. Un incendie a complètement rasé le magasin Rossy, privant les citoyens de la localité et des environs de leur unique magasin à rayons et entraînant au chômage une dizaine d’employés.

L’alerte a été reçue à 21 h 18 lundi. Malgré l’intervention rapide des pompiers, le bâtiment est une perte totale. « On n’a rien sauvé », laisse tomber Yves Gauthier, directeur du service des incendies de l’endroit.

« En arrivant, il y avait de la grosse fumée noire à l’intérieur. On a procédé à de la ventilation pour enlever les gaz chauds, puis on a coordonné deux équipes pour rentrer à l’avant et à l’arrière, mais on ne voyait rien. On n’a pas pu rentrer », poursuit-il.

Après une explosion, les premières flammes ont fait leur apparition. Une trentaine de sapeurs de Sacré-Cœur, de Tadoussac et de Bergeronnes ont combattu le brasier, tout en protégeant le voisinage. Une propriété a été quelque peu endommagée, mais le pire évité.

Neuf résidences ont été évacuées pour la nuit. La vingtaine de personnes touchées ont pu réintégrer leur domicile mardi matin, assure M. Gauthier.

L’aréna, une option

Mardi matin, lors d’une conversation avec Doug Khoury, vice-président du groupe Rossy, la mairesse de Sacré-Cœur, Lise Boulianne, a offert l’aréna municipal pour l’éventuelle relocalisation temporaire du magasin. « Il semblait intéressé et content, mais il n’avait pas eu le temps de réfléchir à la suite des choses. Il me disait que ce matin, son cœur était à Sacré-Cœur », confie-t-elle.

L’aréna devait de toute façon fermer ses portes incessamment à la suite de la fin des activités hivernales. Si Rossy accepte la proposition, la glace serait démantelée rapidement et les lieux chauffés afin de les rendre disponibles dès la fin mars.

La disparition du seul magasin du genre entre Saguenay et Forestville et d’une dizaine d’emplois attriste au plus haut point Mme Boulianne. « Rossy, c’est un peu notre Walmart à nous. Toutes les familles qui ont besoin de quelque chose pour la maison, c’est là qu’elles allaient. Les familles de Sacré-Cœur, mais aussi de Tadoussac et Bergeronnes », témoigne-t-elle.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des