En route vers une MRC nourricière

Photo de Shirley Kennedy
Par Shirley Kennedy
En route vers une MRC nourricière
Le principe du projet Concertation vers une MRC nourricière-cuisines jeunesse préconise l’accès à un jardin communautaire, aux aliments ici-même cultivés pour que la population ait accès à des produits frais. Photo Serres Colombier

Les Escoumins – Favoriser l’accès à une saine alimentation pour tous, à des coûts environnementaux, sociaux et monétaires acceptables, est-ce possible en région? Une question à laquelle les élus de la Haute-Côte-Nord, le regroupement du développement social de la MRC et la Maison de la famille de Longue-Rive entendent répondre à moyen et à long terme avec le projet Concertation vers une MRC nourricière-cuisines jeunesse.

Le conseil des maires de la Haute-Côte-Nord appuie le projet Concertation vers une MRC nourricière – cuisines jeunesse, que promeût actuellement la Maison de la famille de Longue-Rive. Les élus estiment que ce projet cadre parfaitement avec la Politique de développement social adoptée par la MRC de La Haute-Côte-Nord en mai 2018 et promettent le soutien technique du Service de développement économique pour la réalisation de celui-ci, déposé auprès de la Direction de santé publique dans le cadre du Programme de subvention de projets en matière de sécurité alimentaire.

En cours de libellé par le regroupement du développement social de la MRC composé d’une quinzaine de partenaires, le plan d’action de la Politique de développement social fait de l’alimentation l’une des trois priorités principales. Concrétiser la vision d’une MRC nourricière et développer les compétences chez les jeunes et les animateurs et animatrices des Maisons de jeunes, sont des objectifs qu’espèrent atteindre les instances en place.

« Nous souhaitons remédier à la situation des activités morcelées en faisant un tout avec la priorité alimentation pour, au final, devenir une MRC nourricière », explique Odette Bélanger, conseillère au développement des communautés du Service de développement économique, culturel, social et touristique de la MRC de La Haute-Côte-Nord.

Pour ce faire, il faudra donner accès à des produits alimentaires frais et sains à prix abordables en ayant ainsi un réel impact sur notre système, de la production à la gestion des matières résiduelles, en passant par la transformation, la distribution et la consommation de produits.

Faire en sorte que les gens puissent cultiver chez-eux, avoir accès à un jardin communautaire et aux aliments ici-même cultivés, voilà un résumé des objectifs d’une MRC nourricière. « Le système alimentaire de la MRC est dépendant des grands centres et de l’industrie alimentaire, poursuit madame Bélanger. Il doit conséquemment être optimisé afin que l’on se donne la capacité de production sur des circuits courts, une capacité de contrer le gaspillage et une prise en main de tout ce qui a trait à la capacité de cuisiner ».

Cuisines jeunesse

Du côté des cuisines jeunesse à développer, en misant sur les compétences chez les jeunes, le projet permettra de les outiller pour leur offrir un avenir en santé. « Car apprendre à cuisiner, c’est faire une meilleure gestion de ses aliments, donc moins de pertes, ce qui suppose des économies tout en se nourrissant plus sainement », conclut Odette Bélanger.

Partager cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des