Festi-Livre Desjardins – Vague culturelle enrichissante en Haute-Côte-Nord

Festi-Livre Desjardins – Vague culturelle enrichissante en Haute-Côte-Nord

Est-ce que le Festi-Livre Desjardins se rendra jusqu’à son 20e anniversaire? Le comité évaluera le tout au cours des prochains mois. Photo Journal Haute-Côte-Nord

Les Bergeronnes – Sur le thème Au gré des mots, la 18e édition du Festi-Livre Desjardins n’a pas manqué d’inspiration cette année. Sous la présidence d’honneur de Rosette Laberge, « ravie » de son séjour chez nous, l’événement culturel a rejoint encore des centaines d’adeptes qui se sont rendus à la polyvalente des Berges des Bergeronnes du 3 au 6 mai derniers.

Ce grand rendez-vous culturel a débuté pour le public avec le cocktail d’ouverture le vendredi en compagnie des partenaires et organisateurs de l’événement, les auteurs et la présidente d’honneur Rosette Laberge. Pendant la journée qui précède le cocktail d’ouverture, les auteurs ont effectué une tournée dans les écoles et bibliothèques de la Haute-Côte-Nord.

Programmation unique et conviviale

Moment unique entre tous, Sonia Alain, Simon Gauthier, Mme Chose, Mika, Caroline Munger, Bryan Perro, Richard Petit et L.P. Sicard et madame Laberge ont eu droit à la présentation originale par les jeunes du secteur. Ce moment particulier est toujours très apprécié des auteurs. Ensuite, lors de l’ouverture de La librairie Côte-Nord à la polyvalente, durant la journée du samedi, les auteurs étaient présents afin de rencontrer les gens. Une formule gagnante qu’on ne retrouve pas dans d’autres salons du livre. « C’est une organisation que j’adore, puisque ça nous permet d’entrer en contact avec le monde », déclare la présidente d’honneur, Rosette Laberge. « Je n’ai jamais vu un festival du livre comme celui des Bergeronnes. Être aussi près des gens et pouvoir leur parler », mentionne l’auteur Richard Petit. « Regardez autour de vous comment la salle est pleine de gens qui aiment la lecture. Je suis choyé de participer à un tel événement », ajoute le conteur Simon Gauthier, un habitué de la Côte-Nord, qui s’est souvent arrêté à Tadoussac à ses débuts.

Le samedi soir, s’est tenu le grand souper du Festi-Livre en compagnie des auteurs et de la présidente d’honneur. Lors de ce souper, des jeunes ont performé des slams, les auteurs ont également pris la parole et la Bourse Gaétan-Boucher a été remise à une élève. Cette année, c’est Gabrielle Boutin qui a remporté la bourse. Le Prix Rachelle St-Louis était également de retour cette année afin de célébrer l’écriture par le poème ou toute autre forme. Il a permis de récompenser trois lauréats, soit Laurent Dussault, en 1re place, suivi de Marie-Josée Drolet et Noël Tremblay. Finalement, le Festi-Livre Desjardins s’est évidement terminé par l’annuel brunch de clôture le dimanche en avant-midi. Moment idéal pour la présidente d’honneur et les auteurs invités de remercier les organisateurs et partenaires de l’événement. Depuis près de 20 ans, le Festi-Livre est un événement incontournable dans la région, non seulement pour toute la population, mais également pour les auteurs qui adorent son concept. Mais la popularité de cet événement vient également démontrer l’importance de la lecture pour les jeunes qui y sont initiés le plus rapidement possible. En effet, avec les dictées, les activités pour les enfants, la tournée des auteurs dans les écoles, la préparation qu’ils font avec leur professeur, l’ambiance du festival ainsi que la proximité avec les auteurs jeunesse, tout est là pour introduire la prochaine génération à l’amour de la lecture.

Pérennité incertaine

Le président et fondateur du Festi-Livre Desjardins Jacques Gagnon, a partagé l’incertitude de son comité quant à au futur de l’événement. « Les bénévoles sont de plus en plus rares et parfois ce sont les mêmes pour plusieurs comités. C’est certain que certains commencent à être essouflés. Nous avons besoin de sang neuf. C’est pourquoi au cours des prochains mois nous allons évaluer sérieusement l’avenir du Festi-Livre ». Monsieur Gagnon estime toutefois que le succès de l’édition 2018 est indéniable malgré que le souper du samedi soir ait attiré environ une quinzaine de convives de moins que l’an dernier.

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des