Un virage à 180 degrés pour la MRC

Un virage à 180 degrés pour la MRC

L’année 2017 sera une année importante pour les élus de la Haute-Côte-Nord qui sont à l’ère des choix et du changement. Photo Journal Haute-Côte-Nord

Les Escoumins – Les mois qui viennent seront déterminants pour le service de gestion des matières résiduelles de la MRC de La Haute-Côte-Nord. Plusieurs projets sont au rendez-vous dans le but de limiter l’impact sur le portefeuille des contribuables de la Haute-Côte-Nord tout en atteignant les objectifs gouvernementaux de récupération. C’est du moins ce qu’espèrent les élus.

L’année 2017 sera une année charnière pour le service de gestion des matières résiduelles. Avec le contrat actuel conclu avec l’entreprise Bouffard et fils (837 350 $ par an pour la collecte des ordures et du recyclage) qui se termine, l’équipe du service de gestion des matières résiduelles, de concert avec le conseil des maires, souhaite aller de l’avant dans l’application de différentes mesures dans le but ultime de réduire les coûts pour les contribuables tout en appliquant les principes de développement durable.

Bien qu’il soit difficile d’établir un chiffre exact sur l’économie réalisée avec les différentes mesures instaurées par les élus, la MRC avance qu’entre 150 000 $ et 200 000 $ d’économies annuelles pourraient être réalisées. « Nous espérons obtenir des économies substantielles mais reste à voir si les différents entrepreneurs qui vont soumissionner vont le voir du même œil que nous. Il est difficile de prévoir à quelle hauteur les économies anticipées seront transmises à la MRC dans le cadre des appels d’offres », dit Julie Hamelin, directrice du service de gestion des matières résiduelles.

Puisque la Haute-Côte-Nord prévoit utiliser des camions à plancher mobile (53 pieds) pour le transport des ordures provenant de son futur centre de transfert, le nombre de transports vers la régie de gestion des matières résiduelles de Manicouagan ou ailleurs sera considérablement diminué.

« À court terme, indique Julie Hamelin, il est fort possible que la régie de Manicouagan ne puisse accueillir les camions à plancher mobile puisqu’elle ne possède pas actuellement la balance adéquate. Des discussions sont en cours avec la régie et d’autres lieux d’élimination ». Les différentes options seront présentées aux élus au cours des prochains mois.

La localisation du centre de transfert n’est pas encore définie. Les élus devraient faire connaître leur choix d’ici la fin du mois de juin.

À court terme, le service de gestion des matières résiduelles entend mettre sur pied un centre de transfert et modifier le prochain contrat de collecte qui sera attribué d’ici la fin de l’automne, et si tout va bien, placer les assises concernant le compostage avec une collecte à deux voies à partir de 2018.