Le syndicat déplore la gouvernance du CISSS-Côte-Nord

Le syndicat déplore la gouvernance du CISSS-Côte-Nord

Nathalie Savard, présidente du SIISNEQ estime que c’est un non sens que de créer une seule structure pour desservir une population de 95 000 personnes dispersées sur 1 300 kilomètres de littoral. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Après la CSN récemment, au tour du Syndicat des intervenants de la santé du nord-est québécois (SIISNEQ) de dénoncer la « structure ingouvernable » du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord.

Quand les directrices de ressources humaines quittent en catastrophe les unes après les autres, c’est peut-être parce que Gaétan Barrette a créé une structure monstrueuse ingouvernable », clame dans un communiqué la présidente du syndicat, Nathalie Savard.

« Nous l’avons dit depuis le début. Ça n’avait aucun sens de créer une seule structure pour desservir une population de 95 000 personnes, dispersées sur (…) 1 300 kilomètres de littoral », a-t-elle ajouté en qualifiant le CISSS Côte-Nord, qui compte 3 500 employés, de « véritable tour de Babel ». Mme Savard déplore donc « une absence de leadership (qui) se traduit par une gestion débridée » des ressources humaines.

« Nous vivons une grave pénurie de personnel, mais il n’y a aucune stratégie pour y faire face », ce qui a comme conséquences un alourdissement de la charge de travail, l’augmentation de l’imposition du temps supplémentaire obligatoire et une hausse du taux d’absentéisme pour maladie, enchaine-t-elle.

Nathalie Savard soutient que dans les circonstances, « la pression que subissent nos membres, de Blanc-Sablon à Tadoussac, pour donner des soins et services de qualité à la population est énorme et inhumaine. (…) Pas surprenant que le personnel soit à bout de souffle et que le taux d’absentéisme soit à la hausse », a-t-elle conclu.