13e Congrès mondial des plus belles baies du monde – Mission réussie pour la délégation de Tadoussac

13e Congrès mondial des plus belles baies du monde – Mission réussie pour la délégation de Tadoussac

Bruno Therrien, président du Club de la Baie de Tadoussac et trésorier du Club mondial des plus belles baies du monde, Guy Rousset ancien président mondial, Maria Das Dores MEIRA du Portugal, présidente du Club mondial et Marilyne Gagné, directrice générale de la Marina de Tadoussac. Photo courtoisie

Tadoussac – Bruno Therrien et Marilyne Gagné de Tadoussac ont été les invités de l’association morbihannaise des plus belles baies du monde à la mi-avril, à l’occasion du 13e Congrès mondial des plus belles baies du monde tenu à Vannes, une commune française située dans l’ouest de la France sur la côte sud de la Bretagne.

C’est au Palais des arts et des congrès de Vannes que 140 délégués, représentant 25 pays et 30 baies se sont réunies et ont exprimé leurs préoccupations propres et communes qui se rejoignent particulièrement au chapitre du développement des baies et de l’aspect environnemental. « Cette rencontre nous permet notamment d’établir différents contacts avec les autres représentants, d’échanger et d’analyser sur différentes situations » dit Bruno Therrien, président du Club de la Baie de Tadoussac et trésorier du Club mondial des plus belles baies du monde qui soulignait son 20e anniversaire de fondation.

Au menu de ce sommet, l’adhésion de deux nouvelles baies, soit la baie d’Eilat située en Israël et la baie Kujukushima qui devient la 5e baie membre du Club et située au Japon. La baie de Luanda en Angola a quant à elle fait des représentations afin d’être acceptée au sein du Club.

Problèmes environnementaux, développement économique au détriment de la protection des baies, au final les préoccupations sont souvent les mêmes, convient M. Therrien. « Tout le monde fait face à des défis similaires mais nous partageons beaucoup lors de ces congrès. On se questionne à savoir : est-ce qu’on développe à outrance? ». Des remises en questions qui élèvent le débat bien sûr mais qui confirment, ajoute Bruno Therrien, la chance de la Baie de Tadoussac, d’être entourée de deux parcs protégés, ce qui en facilite grandement sa protection, malgré les problèmes d’érosion qui la menace plus que jamais (voir autre texte).

En fait, la somptueuse baie de Tadoussac ne se distingue pas seulement par rapport aux parcs marins. Son caractère unique de plus petite et plus froide des 40 baies lui confère un statut particulier.

Une marina de calibre international

Devant au départ être représentées par Catherine Marck qui a dû se désister, la Municipalité et la marina de Tadoussac ont dépêché Marilyne Gagné, directrice générale et maître de port de la marina.

Satisfaite de son expérience à Vannes, madame Gagné a pu établir des liens avec ses homologues des autres baies.

Au lendemain de son séjour en France, elle constate l’aménagement de calibre international de l’infrastructure municipale. « Nous y avons investi près de 1 M$ dans le dragage du bassin de la marina, 90 % de nos quais et ancrages en aluminium sont neufs, il ne reste que quatre quais de bois en fonction et les douches ont été rénovées ».

Mission

Outre les merveilleux attraits de la Bretagne et les nombreux liens tissés au cours de ce congrès, Bruno Therrien et Marilyne Gagné ont rapporté une précieuse lettre d’appui du Club mondial des plus belles baies du monde, envers la petite baie de Tadoussac, menacée par de sérieux problèmes d’érosion. « Cet appui va certainement nous servir, nous l’espérons, à faire des demandes et des représentations auprès des gouvernements », précise M. Therrien, ajoutant au passage que la montée des eaux est une problématique observée partout sur le globe.

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des