Lise Boulianne

Lise Boulianne

Photo Journal Haute-Côte-Nord

Madame Boulianne, est-ce que c’est la première fois que vous tentez de vous faire élire au conseil municipal de Sacré-Cœur?

Non, j’ai déjà été conseillère.

Avez-vous une expérience en politique municipale?

J’ai été conseillère municipale pendant 18 ans. J’ai été défaite aux élections de 2013. J’ai donc une assez bonne connaissance du monde municipal.

Quels sont les motifs qui vous poussent à vous présenter comme mairesse de Sacré-Cœur?

Les 4 dernières années m’ont permis de me rendre compte que j’ai encore ma place dans le monde municipal. Je sais que je peux donner encore pour les citoyens de Sacré-Cœur.

Vous habitez Sacré-Cœur de façon permanente depuis combien d’années?

Je suis native de Tadoussac mais ayant obtenu mon premier emploi à Sacré-Cœur à titre d’enseignante au primaire en 1970, j’y suis restée puisque j’y ai rencontré mon mari et fondé une famille. Mon mari, Conrad Morel, et moi-même sommes donc des «migrants» qui avons eu à faire notre place à Sacré-Cœur et nous ne quitterions pour rien au monde.

Quelles sont les premières actions ou dossiers que vous allez prioriser si vous êtes élue le 5 novembre prochain?

Mes premières actions seraient tout d’abord de faire connaissance avec les personnes avec qui je devrais travailler pour les 4 années à venir, ensuite d’évaluer les finances municipales à la loupe afin de pouvoir présenter un budget équilibré pour l’année 2018 et surtout ne pas alourdir le fardeau municipal des contribuables.

Vous avez quel âge?

J’aurai très bientôt 68 ans et me sens encore en pleine forme pour donner aux citoyens et citoyennes de Sacré-Cœur. D’ailleurs, le bénévolat ne me fait pas peur.