Les travaux de stabilisation sont amorcés

Les travaux de stabilisation sont amorcés

Le sol argileux de ce secteur représente un facteur déterminant dans la décision d’évacuer les résidences de ce secteur où le glissement de terrain s’est produit. Photo courtoisie

Les Bergeronnes – Après avoir procédé à des évaluations par images, les experts en géotechnique du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports (MTMDET) de concert avec le ministère de la Sécurité publique ont convenu par prévention, qu’il était préférable d’élargir le périmètre de sécurité autour du glissement de terrain survenu près de la côte Arsène-Gagnon, et ainsi évacuer quatre résidences et environ une quinzaine de personnes.

Selon Caroline Rondeau, agente aux communications à la direction régionale du MTMDET, les travaux au niveau du haut du talus sont amorcés depuis mercredi dernier et devraient se poursuivre jusqu’à la mi-juin. « Les travaux sont sous l’étroite surveillance des spécialistes en géotechnique et consistent principalement à enlever du poids à partir du haut du talus, soit environ 30 mètres cubes d’argile à déblayer », précise Mme Rondeau.

La représentante du MTMDET soutient que c’est à la suite de la prise d’images via un drone qui ont été analysées par les spécialistes que les instances ont décidé de procéder à l’évacuation des résidences le 5 mai dernier en soirée. La directrice générale par intérim de la direction régionale de la Sécurité publique, France-Sylvie Loiselle estime que les personnes évacuées ne pourront pas réintégrer leur domicile avant quatre semaines. Elles ont été prises en charge par le ministère de la Sécurité civile en partenariat avec les intervenants psycho-sociaux du CISSS-Côte-Nord. La Sûreté du Québec assure une patrouille de surveillance au niveau des résidences évacuées et la Municipalité des Bergeronnes demeure à la disposition des différents intervenants.

Les personnes évacuées ont été logées chez des amis, de la famille ou encore en hébergement hôtelier pour certains. Le programme d’aide financière de la Sécurité publique s’applique, confirme Mme Loiselle.

Par ailleurs, le chemin d’évitement est accessible depuis maintenant une dizaine de jours. Donc il n’y a plus de circulation autorisée dans le secteur de la côte Arsène-Gagnon, à proximité du glissement de terrain.

Louise Tremblay, fait partie des personnes évacuées. Ayant quitté son domicile le 5 mai dernier, lors de l’avis d’évacuation émis par la Sécurité publique, Mme Tremblay souhaite que la durée des travaux de renforcement n’excède pas le délai annoncé. « Nous comprenons le sérieux de la démarche mais nous espérons que la durée des travaux ne dépassera pas les quatre semaines »,a-t-elle souligné.