Les syndicats craignent que le plan du CISSS affecte les soins à la population

Les syndicats craignent que le plan du CISSS affecte les soins à la population

Le CISSS Côte-Nord rencontre les syndicats en lien avec son plan de retour à l’équilibre budgétaire. Photo Le Manic

Sept-Îles – Des syndicats de travailleurs de la santé sont convaincus que les mesures annoncées par le CISSS de la Côte-Nord pour revenir à l’équilibre budgétaire auront des impacts sur la qualité des soins offerts à la population.

« On parle d’une réorganisation pour aller rechercher 9,6 millions de dollars sur 3 ans. C’est impossible que ça ne touche pas aux services à la population », a déploré Danielle Duguay, directrice au conseil d’administration et responsable politique Côte-Nord de l’APTS (Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux).

Le CISSS Côte-Nord rencontre ces jours-ci les différents syndicats pour échanger sur les 28 mesures annoncées fin janvier, qui visent le retour à l’équilibre budgétaire. L’établissement doit composer avec un déficit de 14,5 millions $.

« Ce difficile exercice constitue une opportunité pour le CISSS de la Côte-Nord de revoir certaines façons de faire et de réviser, dans certains secteurs, l’organisation du travail, afin d’être plus efficace et, en bout de ligne, d’offrir une meilleure prestation de service à nos usagers », avait fait savoir le CISSS sur son plan de retour à l’équilibre budgétaire, en marge de la tenue de la dernière réunion de son conseil d’administration.

De plus, les directions de l’établissement ont indiqué s’être assurées de « préserver tous les services à la population et de garder ouvertes toutes les installations ».

Parmi les mesures annoncées, c’est avec un « plan de transformation des services dans les petits hôpitaux », soit ceux des Escoumins, Forestville, Port-Cartier, Havre-Saint-Pierre, Fermont et Blanc-Sablon, qu’on prévoit aller récupérer le montant le plus important. La mesure touche les unités de soins ainsi que les urgences longues durées des hôpitaux.

Elle implique la fusion de services et la réorganisation du travail en fonction des volumes d’activité. Le CISSS estime qu’elle lui permettra d’économiser 1 277 000 $.

Pour sa part, l’APTS craint notamment des suppressions de postes au niveau des services d’adaptation et de réadaptation en déficience intellectuelle, où le CISSS planifie récolter 182 560$ sur le 9,6 millions.

Abolition de postes

Le SIISNEQ-CSQ (Syndicat des intervenantes et intervenants de la santé du Nord-Est québécois) dénonce aussi le plan des administrateurs du CISSS.

« Pour atteindre l’équilibre budgétaire imposé par Québec, ils sont en train de déstructurer les services et soins de santé de la région. C’est inacceptable », a indiqué Nathalie Savard, présidente du SIISNEQ-CSQ.

Des membres du syndicat auraient déjà été informés de coupures de postes imminentes et de la fusion de différents centres d’activités du Centre de santé de Blanc-Sablon.

Les infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes touchées sont plongées dans «un profond sentiment d’insécurité», affirme le syndicat.

Le SIISNEQ invite la population à se mobiliser pour faire entendre raison aux administrateurs en portant un cœur brisé en guise de support.

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des