Le ministre Duclos informé sur le Trou noir

Le ministre Duclos informé sur le Trou noir

Jean-Yves Duclos, ministre fédéral, Diane Rivard, Mouvement Action-Chômage de Charlevoix, Marie-Eve B.Théberge, agente d’information pour Essipit, Marilyne Émond, représentante des pêches, Line Sirois, coordonnatrice Action Chômage Côte-Nord, Guillaume Tremblay, Conseil central Côte-Nord-CSN, Martin Dufour, chef de la Première Nation des Innus Essipit, Sébastien Jean, directeur général du Centre sylvicole Forestville, Marc-Étienne Vien, conseiller en politiques du ministre Duclos et Fernando Savard (devant) du Mouvement Action-Chômage de Charlevoix. Photo courtoisie

La coordonnatrice d’Action Chômage Côte-Nord, Line Sirois, a provoqué une rencontre avec le ministre libéral fédéral dans le but avoué de démontrer que les acteurs du milieu touchés par le dossier de l’assurance-emploi et du trou noir parlent d’une même voix. Des employeurs ainsi que des représentants de la CSN, d’Action Chômage de Charlevoix, des Premières Nations et des pêcheries, étaient présents à cette rencontre qui a eu lieu à l’Hôtel le Manoir.

Mise à jour

La rencontre avec le ministre Duclos a été l’occasion pour Line Sirois et ses invités de discuter des difficultés rencontrées par les employeurs et les employés de l’industrie saisonnière sur la Côte-Nord. Pour Action-Chômage, il est plus que temps que le travail saisonnier soit reconnu à sa juste valeur : « il s’agit d’une véritable industrie sur la Côte-Nord et un moteur économique indispensable à son développement. Il ne s’agit pas, pour les Nord-Côtiers, de simples « jobs d’été » mais bien de carrières menées avec fierté dans le milieu du tourisme, de la foresterie, de la sylviculture ou des pêcheries », a mentionné Mme Sirois. Les employeurs ont ajouté leur voix à celle d’Action-Chômage, réclamant un système d’assurance-emploi adapté aux besoins particuliers des travailleurs saisonniers. « De cette façon seulement nous mettrons un terme au trou noir, véritable drame humain qui entraîne la dévitalisation de notre région et l’exode de notre main d’œuvre qualifiée », a conclu Mme Sirois.

Une bonne écoute

Le ministre Duclos a eu une oreille attentive tout au long de la rencontre et s’est montré réceptif aux propos échangés. Ce dernier, bien qu’impressionné par l’unité des acteurs du milieu, n’a pris aucun engagement formel au terme de la rencontre. Il a toutefois promis de transmettre l’information au gouvernement et de travailler afin de trouver une solution équitable dans ce dossier pour tout le Canada. Martin Dufour, chef de la Première Nation des Innus Essipit, a clos la rencontre en se disant confiant que le ministre Duclos trouverait une solution au problème et l’a invité à venir en faire l’annonce le moment venu à Essipit.