Deuxième rencontre du Front commun Côte-Nord sur la forêt

Deuxième rencontre du Front commun Côte-Nord sur la forêt

Les intervenants du Front commun Côte-Nord pour le bois d’œuvre ont échangé des informations et des plans d’action, lors de leur deuxième rencontre. Photo courtoisie

Baie-Comeau – La deuxième rencontre du Front commun Côte-Nord pour le bois d’œuvre a

Une vingtaine d’intervenants concernés par le conflit commercial sur le bois d’œuvre en provenance de municipalités, du monde syndical, de l’industrie et de différents organismes socioéconomiques, de même que des représentants du député Martin Ouellet ont pris part à la rencontre en compagnie de la députée de Manicouagan, Marilène Gill.

« Ça a permis de donner des informations. Tout le monde fait des démarches chacun de son côté, tout le monde a des informations. L’idée était de discuter de ce qu’on veut, nous, pour la Côte-Nord », explique Mme Gill.

Calendrier

Les échanges ont aussi été l’occasion de faire surgir des idées et d’ébaucher un calendrier d’actions, qui s’étoffera au fil du temps. Les intervenants ont aussi partagé entre eux les actions que prévoient effectuer leurs organisations respectives.

De son côté, la députée de Manicouagan prévoit rencontrer ses collègues des régions touchées par le conflit canado-américain sur le bois d’œuvre. « On veut quelque chose de non partisan. L’idée principale, c’est qu’on veut que les particularités du Québec soient reconnues. […] La première action, c’est de sensibiliser l’ensemble des élus du Québec », estime-t-elle.

La députée espère ainsi entrainer d’autres régions à la suite de la Côte-Nord, afin qu’un front québécois se crée.

Aller plus loin

Il est aussi ressorti des discussions un besoin d’aller plus loin que le seul conflit commercial sur le bois d’œuvre, soutient Marilène Gill.

« On voyait un besoin de discuter d’autre chose par rapport à l’industrie forestière », souligne-t-elle. Notamment, le besoin de sensibiliser le public aux réalités actuelles de l’industrie a été évoqué.

La prochaine rencontre est prévue pour avril. « On est très heureux. Les gens répondent tous. […] Les gens veulent se mobiliser », conclut la députée.